Se ramifier pour capter les lumières…

Explorer les relations, les emboitements, les agencements. Donner à voir, s’ancrer dans le réel, pour faire sentir, toucher le vivant.

Par la matière. 

Papier, verre, huile, fusain, bois, encres, pigments, terre, bois…

Polyphonie.

Matière-lumière, explorer la capacité des vitraux et du verre à cristalliser la lumière et le temps, en inscrivant une forme fixe dans la matière en même temps que fluide et variant au gré des jours par la lumière. Au-delà du plan en deux dimensions, la déployer dans des structures en volume, privilégiant l’interaction avec l’espace dans lequel s’inscrivent ces formes. 

Matières picturales,

Fragilité, évanescence poudreuse des fusains,

Texture, effets des huiles, des médiums, des couches superposées,

Opacité et transparence, matité et brillance…

Je les laisse m’instruire,
Se révéler, me résister,
Je cherche leur secret par le geste, dans la diversité des techniques. 

Je me livre à la matière,
Je m’y adonne et m’y confronte,
Je l’explore,
Je l’interroge et l’invite à danser,

Cette matière picturale,
Je ne dois pas la dompter mais l’écouter
– Matière soumise perdrait la vie –
En elle et avec elle, 
Je voudrais re-susciter
Cette sensation profonde
Et bouleversante
Du toucher
De la présence.

Alors je peins. 

Ce projet a été financé par le Gouvernement dans le cadre du plan de relance.

Bienvenue sur WordPress. Ceci est votre premier article. Modifiez-le ou supprimez-le, puis commencez à écrire !